mercredi 11 février 2015

Simplicité volontaire au quotidien 1


Voici un texte que je viens d'envoyer par mail pour un journal qui demande un article sur la sobriété, simplicité volontaire. 






Tout d'abord, je vous remercie d'avoir choisi ce thème, car il est grandement temps de remettre en question notre façon de consommer et de vivre tout simplement.
Je partage sur la toile un blog où nous parlons de nos expériences de vie au quotidien. Voici le lien :
http://lesbonssensdelanature.blogspot.fr/


Nous vivons dans une petite campagne entre Phalsbourg et Sarrebourg, petit village de 250 âmes plus ou moins à l’écoute de la Nature, voire souvent moins. Notre démarche est d'abord pour nous, un cas de conscience important. Nous avons 5 enfants et aimerions et essayons de transmettre nos valeurs en sachant qu'ils auront peut-être un autre choix de vie mais nous l'acceptons bien volontiers ! Dans le village, bon, on passe pour les écolos ! Surtout depuis qu'on a installé les derniers panneaux photovoltaïque et qu'il y a plein d'herbes qui poussent devant la maison (pas de Round-up pour que tout soit propre !).

Au quotidien, la simplicité se traduit dans beaucoup d'actes de la vie.

Au niveau alimentaire, nous produisons le plus possible notre nourriture. Pour cela, nous avons un jardin potager de 4 ares qui couvre les 3/4 de nos besoins en légumes ainsi que 3 vergers pour les fruits avec des arbres encore relativement assez jeunes. Ce qui ne nous permets pas encore d'être autonomes. Mais nous avons des solutions pour y palier (ramassage dans la Nature comme les mûres, glanage en saison des fruits tombés à terre, troc entre amis, magasins bio...) Cela demande de la disponibilité, un certain savoir-faire, et une grande envie de vivre au grand air. Pas question, de passer du temps sur l'ordi quand le jardin a besoin de voir son jardinier ! Ces légumes et fruits demandent à être transformés en partie ; confitures, bocaux stérilisation, congélation, séchage....).
La simplicité c'est aussi reprendre son autonomie alimentaire. Nous avons des poules qui nous offrent chaque jours de bons oeufs frais incomparables avec ceux trouvés dans les magasins. En parlant magasin, nous allégeons le plus possible notre chariot ! Tous simplement, on pense sur-emballages, produits chimiques, transports polluants, forêts dévastées, commerce non équitable pour les producteurs. Donc, ce que nous ne pouvons produire, nous l'achetons mais en privilégiant les commerces locaux (fermes, petits producteurs, regroupements d'achats...)
En cuisine, il faut donc mettre la main à la pâte, c'est le cas de le dire ! Au quotidien, nous faisons notre pain au levain, reprenant chaque semaine une partie de la pâte pour la prochaine fournée. Les gâteaux et différents desserts sont fait maison. Nous passons du temps en cuisine pour préparer notre nourriture, cuire et préparer les légumes demande du temps plus que d'ouvrir une boite ! Il faut un peu prévoir à l'avance ce que l'on veut manger. Nous faisons notre sauce tomates, ratatouille, tomates séchées,  et bien d'autres préparations. Pour les enfants, les petites faims qui aiment bien arriver à tout moment, je prépare des fruits secs disponibles à tout instant. Je sèche aussi des pommes, poires, bananes, ils en raffolent !

La simplicité volontaire, se traduit aussi dans l'hygiène. Non, nous n'avons pas décidé de ne plus nous laver pour économiser l'eau et le savon !
 Mais les produits utilisés sont confectionnés maison tels que les produits d'entretien ( vinaigre, savon de Marseille, bicarbonate, cendres de bois....).  Nous évitons de prendre des bains, mais plutôt des douches qui consomment moins d'eau potable. Les toilettes sont équipées d'une double chasse d'eau. Tous les robinets de la maison ont un réducteur de débit qui nous permet de ne pas gaspiller l'eau si précieuse (sauf la baignoire). Pour mes soins, je les ai réduit au maximum ; j'utilise de l'huile (bourrache, argan)  pour hydrater ma peau. Je pars du principe qu'ayant une bonne hygiène de vie ma peau la reflète. J'utilise des lingettes que je fabrique pour le nettoyage de peau. Au départ, mes grandes filles avaient tellement l'habitude des cotons à jeter qu'elles me les mettaient à la poubelle ! J'ai repris aussi l'usage du gant de toilette pour une petite toilette quotidienne au lavabo qui ne demande pas les grandes eaux de Versailles !
En parlant d'hygiène, pas de sèche-linge pour le linge mais un pendoir dans la salle de bain où il fait bien chaud et à la belle saison dehors sur les fils. Rien de meilleur que le linge qui a séché au soleil !
Le linge quotidien est lavé à 30° juste le blanc que je fais à 60°.
L'eau pour le jardin, c'est aussi de la récup. Avec des systèmes placés sur les descentes du toit. Ainsi nous arrosons notre jardin avec l'eau de pluie uniquement. Nous paillons le plus possible en été, pour éviter l'évaporation.

Il y a tellement de secteurs dans lesquels la simplicité peut se conjuguer. Je crois qu'il faudrait plusieurs articles pour y arriver.... Et encore, je pourrai extrapoler sur les quelques thèmes que j'ai un peu développé.
Je vous soumets ce texte....qui peut s'agrandir. Nous ne sommes pas parfait, loin de là et ne voulons pas l'être. Mais nous essayons de traduire notre ressenti face à tout ce gaspillage et surtout ce manque de bon sens que beaucoup ont perdu.  Merci de me donner des nouvelles.
Vous souhaitant une bonne journée, bien amicalement
Evelyne Doerr




 

6 commentaires:

Dominique H a dit…

Bonjour Evie .

Vivre une vie simple nécessite beaucoup d énergie et de travail .
Nous l avons trop souvent oublier .

Bonne continuation .
A bientôt.

Débla a dit…

Oui, nous pouvons user de petits gestes quotidiens pour éviter le gaspi. Je vis dans des murs mais je fais attention à mon énergie. ma maison n'est pas grande et les 17/18° venant de la cheminée ( insert) suffisent, j'étouffe lorsque je vais chez des amis chauffés à blanc. L'eau s'économise aussi de la même façon que vous, robinets équipés de réducteur de débit, chasse économique, réserve d'eau pluviale enterrée etc...J'ai aussi l'intention ( dès que je ne travaillerai plus à temps plein) de refaire un potager et reprendre 2 poules. En attendant c'est aux diverses saisons, cueillette de champignons, salades sauvages, asperges sauvages, arbouses, raisin, etc...
Le linge sèche au soleil et au vent du midi, et la vie chante !!!

evie57 a dit…

Merci Débla et Dominique pour vos commentaires. Il y a des solutions à ce manque de bon sens actuel qu'on veut nous imposer. Chacun peut faire sa part de son côté même quand on habite une grande ville. Nous sommes libres de choisir ou non de respecter notre environnement, de consommer ou non à outrance, bref, nous avons le pouvoir en nous, faut pas l'oublier !

valérie a dit…

Bonjour, je viens de découvrir votre blog et je le feuillette un peu. En lisant cet article, je m'y retrouve beaucoup, pas tous les jours car le travail est très prenant, très chronophage. Mais je m'accroche à mon idée de faire beaucoup et simplement par moi-même, sans dépendre des magasins en tout genre: potager, verger, poules, producteurs locaux, AMAP très fournie...Ce qui engendre un caddie light. Et çà me plait. Bonne journée

evie57 a dit…

Merci Valérie pour ton commentaire, effectivement, décider de vivre simplement et de reprendre les rênes de son alimentation par exemple demande du temps et quand on travaille ce n'est pas toujours facile. J'ai la chance de travailler chez moi avec mon atelier de couture à mi-temps. Ce qui me permets de dégager du temps pour le jardin et la maison. De toutes façons, j'aime tellement le fait d'être autonome que j'ai choisi volontairement de ne pas travailler pour ne pas dépendre d'un patron !!! Tant pis, si à la fin du mois, c'est un peu dur, on fait avec !

Jocelyne a dit…

Bonjour Evie,je suis de Québec,Canada.J'aime beaucoup les gens comme toi et ta famille.Je partage entièrement vos choix.J'habite en ville donc,pas de poules.Mais,il y a d'autres moyens.Je regarde les circulaires et je fais une liste et je m'en tiens sauf lorsqu'un spécial m'a échappé et que c'est quelque chose que je consomme.Bientôt,je serai a la maison car j'ai une maladie qui dégénère.Je ne m'en plains pas car j'aime être chez moi.C'est certain qu'il y aura moins d'argent mais je vais avoir le temps pour cuisiner et faire pousser mes herbes.De plus,la liberté et le repos,ça n'a pas de prix.Ta famille et toi,continuez de nous inspirer!